Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant votre navigation sur notre site sans modifier les paramètres de cookies de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de ceux-ci.

Atelier Filage dorure

La technique de pose de l’or au pinceau sur porcelaine existe depuis les origines de la Manufacture et reste pratiquement inchangée aujourd’hui.

A l’atelier de filage dorure le travail consiste à réaliser à partir des métaux précieux (or, platine, argent) et parfois de couleurs, au pinceau et à main levée tous les éléments de décoration sur les œuvres et objets d’art produits par la Manufacture. Le métal précieux le plus utilisé à Sèvres est l’or pur 24 carats, provenant d’un lingot réduit en poudre au laboratoire par précipitation au sulfate de fer, technique utilisée dès 1771 sur porcelaine dure. Aujourd’hui, cette technique, modifiée, est appliquée à toutes les pâtes de la Manufacture. L’or pur dit or jaune, livré en poudre à l’atelier de filage dorure, est broyé avec un fondant et additionné d’adjuvants divers pour permettre sa pose au pinceau.

Brigitte Battini,  technicienne d’art et responsable de l’atelier de filage dorure répond à nos questions :

Brigitte, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre métier ?

Brigitte : Dans notre atelier nous exécutons au pinceau et principalement à l’or la pose des garnitures des pièces de service  : décors posés sur les anses, becs, fretels...Tous les filets bordants les formesmais aussi les aplats (fond plein or) ou les rehauts enor relief. Ces interventions, parmi les dernières de la chaîne de production, viennent compléter et magnifier des objets dont les décors sont déjà très avancés. Ces étapes de décoration peuvent être très sophistiquées et demander des recherches importantes notamment dans le cadre de la réédition d'objets des 18e, 19e et 20e siècles et particulièrement pour les projets imaginés par les artistes contemporains invités à Sèvres.

Techniquement, comment procédez-vous ?

Brigitte : Pour réaliser les filets on utilise un pinceau biseauté en poils de petit gris dit « à sifflet », la pièce est centrée sur une tournette et mise en rotation manuellement ; le pinceau gorgé d’or liquéfié est posé sur le bord de la pièce en mouvement, on réalise ainsi sur son pourtour un trait d’épaisseur constante. Pour les garnitures on privilégie un pinceau à décor, fin et de longueur variable. Le travail se fait à main levée d’après un modèle ou suivant les indications d’un artiste s’il s’agit d’une œuvre contemporaine. Pour les fonds pleins or on utilise des pinceaux larges et plats, l’or est appliqué en plusieurs couches. Enfin,pour l’or relief, un pinceau très petit et à poils courts, l’or pur, épaissi à la vaseline, est posé goutte après goutte pour réaliser des décors dessinés et en volume typiques du XVIIIe siècle.

Comment l’or se fixe-t-il sur la pièce en porcelaine ?

Brigitte : Après sa pose, l’or est séché en étuve à 100°C puis cuit entre 650°C et 880°C en fonction de la nature de la pâte, de l’émail ou du fond coloré. La cuisson va permettre à l’or de se fixer sur la pièce. Après cuisson l’or pur a la particularité de sortir mat de la cuisson. Sa brillance, comme celle des autres métaux précieux en usage à Sèvres, platine et argent, est révélée à l’atelier de brunissage.

 

Service aux oiseaux, assiette Duplessis

Service aux oiseaux Duplessis

Atelier de filage dorure

Atelier de filage dorure - (c) sevres - cite ceramique

Marína Karélla, Epinikion V

Epinikion V, Karella, Années 60-Fin Xxème s. - (c)Sèvres-Cité de la céramique